LGBTQ+ : Disney dans la tourmente face à la loi “Don’t Say Gay”

Disney financerait la loi “ Don’t Say Gay ”

La Walt Disney Company a l’habitude de se positionner du côté de la communauté LGBTQ+ dans ses déclarations publiques, mais, selon plusieurs médias nord-américains, dans le même temps, continuerait à financer des politiciens axés sur la promotion du projet de loi “Don’t Say Gay”, une législation dont le but ultime serait d’interdire de parler de la diversité sexuelle dans les écoles de Floride. Cette position a suscité de nombreuses critiques auxquelles Bob Chapek, PDG de l’entreprise, a déjà répondu : ” Je ne veux pas que quiconque confonde l’absence de rapport avec l’absence de soutien. Nous partageons tous le même objectif, celui d’un monde plus tolérant et plus respectueux “, déclare-t-il, déplorant que son entreprise n’ait pas signalé publiquement qu’elle était contre le projet de loi sur les droits parentaux dans l’éducation (” Don’t Say Gay “). Pendant tout ce temps, ils faisaient des dons à des politiciens comme le républicain Dennis Baxley, connu pour ses déclarations homophobes incendiaires dans lesquelles il en venait à comparer les enfants vivant avec des parents de même sexe à ceux élevés par des alcooliques et des agresseurs. En réponse, Chapek dément les rapports qui désignent son entreprise comme un sponsor de figures telles que Baxley, déclarant qu’ils n’ont apporté aucun soutien financier à quelque politicien que ce soit et que toute l’équipe de direction se tient sans équivoque aux côtés de ses employés LGBTQ+, de leurs familles et de leurs communautés. Au milieu de la tempête se trouvent donc de nombreux créatifs de l’entreprise qui ont tenu à réitérer leur soutien via les réseaux sociaux en promouvant le hashtag #DisneySayGay. “Je suis un scénariste d’animation LGBT chez Disney et c’est pourquoi je veux que la société que j’aime s’oppose au projet de loi ” Don’t Say Gay “, a déclaré Benjamin Siemon dans un tweet partageant son expérience personnelle. Siemon se souvient d’un professeur qui l’a aidé à l’école lorsqu’il se demandait s’il y avait quelque chose de mal à être homosexuel, soulignant l’une des conséquences de la loi ” Don’t Say Gay ” : l’interdiction des conversations liées aux différentes orientations sexuelles, un manque de soutien qui laisserait les jeunes LGBTQ+ ” seuls, effrayés et en souffrance “. En réponse, les collègues de Siemon réitèrent au sujet de Disney : ” Vous ne pouvez pas prétendre que vous soutenez les personnes LGBT+ et ensuite financer des politiciens qui promeuvent un projet de loi qui les met en danger ” et que Mickey Mouse ” doit soutenir les personnes qui créent votre contenu et les familles pour lesquelles nous le créons, le silence est inacceptable ! “