Layers dans la crypto: tout savoir !

 

L’univers de la cryptomonnaie connaît une évolution fulgurante depuis quelques années. Avant de s’attarder sur les notions de la crypto, il faut avant toute chose maîtriser le principe de la blockchain. Cette dernière est constituée de plusieurs layers, définies comme étant des couches d’abstraction. Dans le domaine de l’informatique, cela signifie que les couches permettent de masquer les détails sous-système. Les layers sont alors des modules qui sont en mesure d’être rajoutés ou retirés de la blockchain. En guise d’exemple, la crypto Elrond est un layer-1. Allons faire un zoom sur ces différentes couches de la blockhain.

Elrond, une blockchain de Layer-1

 

La cryptomonnaie Elrond a été créée en 2017 en Roumanie. Cette crypto a pour principal objectif de redéfinir l’infrastructure de la blockchain publique. Elle est basée sur la sécurité, la scalabilité et l’interopérabilité. Il s’agit d’une blockchain Layer-1 destinée au fonctionnement de diverses applications décentralisées et permettant la validation des transactions. La blockchain Elrond tourne autour de 3 grands principes : l’Adaptive State Sharding, le Secure Proof of Stake (SPoS) et le Battle of Nodes. La SPoS utilisée par la crypto demande aux validateurs l’immobilisation d’une grande quantité de jetons, pour valider toutes les transactions. Consultez notre lien pour avoir plus de détails sur le layer en crypto.

 

Les grands axes des blockchains : la scalabilité, la sécurité et la décentralisation

 

Les grands axes des blockchains font référence aux points clés de développement qui peuvent être exploités par les projets blockchains. On parle ici de grands critères qui permettent d’évaluer une crypto-monnaie. Ce sont :

  • la sécurité : le réseau doit être en mesure d’assurer la prise en charge des transactions et garantir leur authenticité, le système offre une garantie contre les attaques ;
  • la scalabilité : le réseau devra être capable de s’adapter au volume de transactions ;
  • la décentralisation : une blockchain décentralisée doit avoir une parfaite autonomie, ne dépendant d’aucun organisme central.

Aucune blockchain n’est en mesure d’évoluer sans la présence de ces grands axes. On peut distinguer 3 différentes couches de blockchains que nous allons développer.

 

Les blockchains de Layer-1

 

Les blockchains de Layer-1 font parties d’un réseau de base, comme le Bitcoin, l’Ethereum 2.0 ou encore l’Elrond. Ces cryptomonnaies figurent parmi les plus réputées sur le marché. Les blockchains de layer-1 se différencient par leur capacité à être développées pour atteindre un but précis. Elles ne sont ni modifiables ni adaptables à d’autres finalités. En guise d’exemple, le Bitcoin (BTC) a été créé pour servir de monnaie virtuelle. Les utilisateurs doivent respecter certaines règles spécifiques pour pouvoir transférer des fonds sur ce réseau. Le réseau Elrond, quant à lui, a été créé pour développer des applications décentralisées. Des règles spécifiques doivent également être respectées par les utilisateurs du réseau. Des couches supplémentaires sont nécessaires pour pouvoir modifier ces finalités.

 

Les blockchains de layer-2

 

Les blockchains de Layer-2 sont des couches supplémentaires, qui permettent de répondre à d’autres besoins. Pour vous éclaircir sur le sujet, voici quelques exemples de solutions Layer-2 :

 

1-Polygon pour ETH

Polygon est un réseau de layer-2. Les utilisateurs ont la possibilité d’accéder aux diverses applications Ethereum, avec une réduction des frais et une latence nulle. Le principe de fonctionnement consiste à connecter les DApps Ethereum avec des sidechains, en liaison entre elles. Le réseau Polygon donne la possibilité aux utilisateurs d’interagir avec les DApps sans la confirmation de bloc venant de l’ETH principal. Cela donne la possibilité au réseau Polygon de gérer des millions de transactions en seulement une seconde.

 

2-Lightning Network pour Bitcoin

Lightning Network est une solution de layer-2 qui offre la possibilité d’envoyer et de réceptionner des paiements Bitcoin. La connexion entre les utilisateurs est établie en utilisant un réseau de canaux de paiement. Chaque utilisateur est en mesure de réaliser autant de paiements qu’il le souhaite, sans une confirmation venant du bloc principal Bitcoin. Comme Polygon, le Lightning Network est capable de prendre en charge des millions de transactions par seconde. 

 

3-Immutable X

Immutable X est un projet visant à créer une infrastructure de Layer-2. La solution permet de stocker et de gérer des jetons non fongibles ou NFTs sur ETH. Les utilisateurs ont la possibilité d’échanger via le réseau Immutable X, sans attendre la confirmation du bloc principal ETH. La solution répond aux contraintes de scalabilité de la blockchain ETH. Les frais de transactions seront ainsi plus faibles.

 

Les blockchains de Layer-3

 

Les blockchains de Layer-3 sont des solutions uniques qui permettent d’habiliter divers réseaux de chaines de blocs en utilisant des capacités inter-chaines. Le but est de réaliser une interopérabilité réelle, sans besoin d’intermédiaires. Le principal avantage des solutions de couche-3 reste la valorisation des similitudes avec la structure en couches d’Internet. Le principe de fonctionnement des couches-3 repose sur l’abstraction de certains facteurs :

  • les technologies ;
  • les fonctionnalités ;
  • ainsi que les caractéristiques.

La blockchain Elrond et la crypto EGLD

 

EGLD est le jeton qui est né du protocole Elrond. Il dispose de deux principales fonctionnalités. Il s’agit principalement de la pierre angulaire du réseau, qui permet de rémunérer les utilisateurs du protocole. C’est un moyen d’échange entre les principaux utilisateurs. Cette cryptomonnaie sert à payer les transactions. L’EGLD est également ce que l’on peut appeler comme étant un jeton de gouvernance. Les utilisateurs en possession de ce jeton peuvent proposer une amélioration du protocole en votant pour d’autres propositions.

 

Les atouts de la blockchain Elrond

 

Le Sharding développé par la blockchain Elrond est un système en pleine expansion dans le domaine de la crypto. C’est devenu depuis peu un protocole très sérieux, ayant favorisé le développement de la blockchain. La combinaison Sharding et Consensus SPoS a complètement révolutionné le secteur, rendant les transferts plus rapides et les transactions à coûts moindres. Si la crypto EGLD est assez connue, ce n’est pas le cas de la blockchain Elrond qui ne fait que peu de publicités. Si ce bloc offre des atouts indéniables, Elrond est fortement impacté par la concurrence. Etant moins médiatisé que les autres, le réseau fait l’objet de comparaison avec notamment l’Ethereum. Cette dernière blockchain commence à se servir du Sharding. L’utilisation de ce système n’est alors plus réservée pour Elrond, ce qui ne sera pas sans impact sur son fonctionnement. Pour les années à venir, de nouveaux réseaux pourront aussi bien miser sur ce système pour développer leur réseau, attirant plus d’utilisateurs. Tous les protocoles actuels deviennent plus intéressants les uns autant que les autres. Des comparaisons approfondies s’imposent pour faire une analyse concrète.