Chrome 71 contre les publicités abusives 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Politique de Google

 

Chrome lancera son tout nouveau navigateur, Chrome 71, le mois prochain. Avec cette étape importante, la société a également annoncé des politiques visant à maîtriser les publicités abusives avec une vigueur renouvelée. Les publicités abusives sont essentiellement des publicités qui provoquent un mauvais comportement du navigateur. Le contenu malveillant des publicités peut également entraîner une redirection automatique de l’utilisateur, tandis que d’autres formes tentent de voler des données personnelles. Les publicités abusives créent également de fausses notifications système qui incitent l’utilisateur à télécharger des virus. La nouvelle politique vise à bloquer toutes les publicités sur les sites web qui persistent à laisser passer des publicités abusives. Cette nouvelle politique n’est que la prochaine étape dans la tentative de Google de contrôler les expériences abusives en ligne. Cette idée existe car il y a des exemples précédents pour le prouver. Chrome 68 a déjà apporté et mis en œuvre des mesures similaires. Sortie en juillet, cette version du navigateur empêchait les sites web d’ouvrir tout nouvel onglet ou toute nouvelle fenêtre si des rapports signalaient que le site web était abusif.

Quand les sites web sont-ils ” abusifs ” ?

La “définition de Google” de ce qui constituerait une annonce abusive est en place sur internet dans tous les navigateurs Chrome mis à jour. Cette explication détaillée inclut les faux messages comme sa première catégorie. Il s’agit de fenêtres pop-up qui ressemblent à n’importe quelle fenêtre de chat classique mais qui, lorsqu’on clique dessus, ouvrent automatiquement une publicité à la place. La catégorie suivante est celle des zones de clics inattendues. Il s’agit de points de la page qui sont transparents ou non visibles mais qui ouvrent une publicité inattendue lorsqu’on y clique. Elle peut également couvrir des zones sur une page Web qui sont généralement non cliquables.Aussi lu : Chrome 70 limitera les sites web sur les certificats de sécurité défectueux. Le comportement trompeur du site est également une catégorie. Il s’agit de fonctionnalités comme les boutons de lecture, les barres de défilement, les boutons ” suivant “, les liens de navigation ou les boutons de fermeture ouvrant une publicité à la place. Le hameçonnage (phishing) est le fait de publicités abusives qui tentent de dérober des informations personnelles de l’utilisateur. Cela peut conduire à plusieurs situations dangereuses dans la vie réelle. Le comportement du site Web est également abusif lorsque l’utilisateur ne manifeste aucun comportement et qu’une publicité s’ouvre pourtant. Les publicités abusives qui utilisent une imitation du pointeur de la souris peuvent inciter l’utilisateur à interagir avec le faux pointeur, ce qui entraîne un mécontentement.Via Chromium Blog Les publicités qui pointent vers des logiciels malveillants ou des logiciels indésirables ou qui les téléchargent ou les installent automatiquement dans le système de l’utilisateur sont également abusives. La dernière catégorie d’annonces abusives est celle des annonces qui montrent ou promeuvent des produits fictifs ou non identifiés. Si un nom d’entreprise légitime, un logo et une marque sont absents ; l’annonce est trompeuse et serait, par conséquent, qualifiée d’abusive.

 

La politique renouvelée pour stopper net la culture des publicités abusives est très claire. Chrome 71 mettra automatiquement sur liste noire les sites Web qui diffusent continuellement des comportements abusifs. Une fois le site Web placé sur la liste noire, il disposera de 30 jours pour supprimer ce type de contenu de ses pages. Les propriétaires de sites Web peuvent facilement consulter une section de Google Search Console intitulée “Rapport sur les expériences abusives”. Il sera ainsi informé si Google a placé son site Web sur une liste noire. Cependant, lorsque les 30 jours expirent, Google commencera à supprimer toutes les annonces du serveur concerné.Google a introduit cette idée en 2017 avec Chrome 64 également, mais maintenant les vérifications sur les comportements abusifs persistants sont plus strictes. Bien que Google affirme que le problème n’est pas très répandu, il concède qu’une action plus stricte était nécessaire. On peut lire dans la déclaration :

“Nous avons appris depuis que cette approche n’allait pas assez loin. En fait, plus de la moitié de ces expériences abusives ne sont pas bloquées par notre ensemble actuel de protections, et presque toutes impliquent des publicités préjudiciables ou trompeuses.”

Le moteur de blocage des publicités dans Chrome sera intégré mais il sera possible de le désactiver.